Mérite 2016 – Abbé Paul-Émile Paré

Mgr André Gaumond, archevêque émérite de Sherbrooke, Mme Thérèse Paré-Lafond, M. Claude Paré

Le MÉRITE DE LA FONDATION MGR JEAN-MARIE-FORTIER a été remis, le 6 décembre, à l’Abbé Paul-Émile Paré, à titre posthume, représenté par son frère et sa sœur : M. Claude Paré et Madame Thérèse Paré-Lafond.

Étaient présents Mgr Luc Cyr, archevêque du diocèse de Sherbrooke, Mgr André Gaumond, archevêque émérite de Sherbrooke et les membres du conseil d’administration de la Fondation Mgr Jean-Marie-Fortier.

Monsieur l’Abbé Paul-Émile Paré a grandement contribué à la Fondation depuis sa création.

Monsieur l’Abbé Paul-Émile Paré

Hommage à Monsieur l’Abbé Paul-Émile Paré à titre posthume

La Fondation Mgr Jean-Marie Fortier accueille avec grande joie au Mérite 2016, Monsieur Claude Paré et Madame Thérèse Paré-Lafond (frère et sœur de M. L’Abbé Paul-Émile Paré) qui représentent l’Abbé Paul-Émile Paré à titre posthume.

L’abbé Paul-Émile Paré nous a quittés (le 7 juillet 2016), au terme d’une longue maladie. Il fut d’abord professeur au Séminaire de Sherbrooke. Il était bachelier en humanités grecques et latines. Il avait une compétence devenue rare aujourd’hui. Il s’intéressait à une langue, le latin, qui est au fondement de notre langue française d’aujourd’hui. Il avait gardé, de cette période de sa vie, le souci d’une langue bien écrite, une certaine couleur humaniste, fruit d’une formation qui a caractérisé les programmes scolaires d’une certaine époque.

Il fut aussi fortement engagé en pastorale. Il a même fondé une paroisse, La-Résurrection-du-Christ, au moment où les fondations de paroisses étaient devenues rares. Paul-Émile Paré a vécu des expériences de fins de cycles : un des derniers professeurs de latin au cours collégial, un des derniers fondateurs de paroisses au Québec. Il avait le talent des engagements-frontière, si l’on peut s’exprimer ainsi.

Ce fut la pastorale paroissiale. Mais il y a eu aussi un ministère très apprécié auprès des religieuses, les Servantes du Saint-Sacrement de Sherbrooke. Ces dernières ont pu goûter ses homélies pendant de nombreuses années, à l’intérieur de liturgies soigneusement préparées.

Son service ecclésial s’est terminé à l’archevêché comme économe diocésain et comme vicaire épiscopal à l’administration financière. Il aimait nous répéter qu’il était fils de marchand général. Il a donc terminé sa vie en faisant un peu comme son père, engagé dans l’administration financière.

Il fut pédagogue, musicien (organiste), fondateur de paroisse et administrateur. Une vie bien remplie!

Membre de la Corporation de la Fondation Mgr Jean-Marie-Fortier de 1999 à 2016, il a apporté son soutien à la Fondation pendant de nombreuses années autant en tant que prêtre qu’en tant qu’économe.

Notre Église diocésaine lui doit reconnaissance.